Après tellement d’échos positifs sur le FAMUD (Festival des Arts et Musiques Urbaines de Dschang), nous sommes allés recueillir les impressions du promoteur et artiste Al-K Dallarco, la tête pensante du label Dallarco Recordz.  Compte rendu ci-dessous.

 

Présente-toi en quelques mots

 

Avant de me présenter je voudrais d’abord saluer tous les lectures de ce blog et souhaiter une bonne une année 2019 à tous ceux qui liront cette interview. Moi c’est Al-K Dallarco et je suis Artiste, Rappeur, Beatmakeur, Bricoleur de son et Entrepreneur.

Je suis né à Mbanga, dans le quartier de la regrettée Légende Lapiro de Mbanga, j’ai fait la FAC à Dschang sanctionné par une licence en Droit maintenant je suis Douala pour continuer à explorer la vie.

Les débuts dans la musique de Al-K Dallarco?

La rencontre avec l’envie de faire la musique c’était en 2005. Mais dans ma famille comme dans mon entourage personne n’était vraiment impliqué dans la musique donc j’ai dû faire mes classes tout seul jusqu’en 2008 ou j’intègre un Label de rap à Mbanga. A l’époque on était des amateurs mais ça m’a beaucoup aidé à comprendre les bases.

 

A cette époque, j’ai d’abord aimé le rap français comme tout Francophone qui débute, surtout SINIK car sa technique m’a permis de vite comprendre comment on compte les Mesures d’un couplet, après y’a eu plusieurs Saïan Supa Crew, Psy4DelaRime, Lunatic, Iam et beaucoup d’autres que je ne peux pas citer. Apres j’ai découvert certains américains Flip MODE, Wu tang Clan, Nas, beaucoup plus pour le flow et les instrus.

A partir de 2011 ou j’ai eu le BAC, le reste de l’apprentissage est parti tout seul sur internet avec des recherches et l’amour de la musiques tout simplement.

 

Tu as lancé tout récemment le FAMUD (Festival des Arts de Musique Urbaine de Dschang), comment s’est déroulé l’évènement dans l’ensemble ?

 

Déjà le FAMUD (Festival des Arts de Musique Urbaine de Dschang) est un projet qui dure depuis 5 ans au moins dans nos dossiers à Dallarco, 2019 juste l’année idéale pour le lancement. Je n’ai pas travaillé dessus seul, toute l’équipe Dallarco à bosser à plein temps pour la réalisation de ce Festival.

On a choisi une période difficile c’est à dire Janvier qui est la période de la Session Normale à l’université de Dschang mais cela n’a pas empêché que l’on fasse la fête.

Je remercie tous les artistes qui ont fait le déplacement et qui ont représenté. Y’a eu de mauvais point qui n’ont pas gâché la fête mais nous nous améliorerons au fil des éditions.

Le bilan pour cette édition est très positif, c’était une rencontre des humains qui ont communiés dans l’amour et la passion pour les Arts et les musiques Urbaine. Il s’agissait d’une édition Autofinancé mais on s’est battu et on a pu donner un spectacle fantastique pour une première Edition. Désormais le Cameroun peut aussi compter sur le FAMUD comme étant un rendez-vous culturel majeur pour les arts et les musiques urbaines. Vraiment c’était super.

 

Quelles sont les attentes pour la prochaine édition?

 

On vise très grand donc les prochaines éditions seront encore plus grandes les nouvelles par rapport aux précédentes. On a eu l’habitude de remplir la salle de spectacle de l’Alliance Franco-Camerounaise de Dschang, j’ai moi-même personnellement fais le plein de cette salle a de la sortie de mon EP SADATT donc ce n’était pas une surprise pour moi que le FAMUD fasse aussi le plein.

Donc pour les prochaines éditions nous comptons remplir un des stades de la ville et invités des artistes très talentueux du monde entier. Les portes commence à s’ouvrir les gens commence à comprendre notre combat qui est de construire les bases de notre culture avant tout.

Mais nous irons pas à pas pour l’instant nous faisons ça dans une salle de spectacle et nous remercions l’alliance Franco-Camerounais de Dschang pour leur salle.

 

Revenons à ta carrière. C’est quoi les projets à venir ? Où en es-tu avec l’album Sadatt?

 

Ma carrière se porte très bien, en 2019 j’ai beaucoup travaillé pour d’autres artistes notamment dans l’album à venir de FRANKO, de BAD NOVA, ELJE CONTADOR, et coproduit la majeur partir de l’EP de MOSSAD.

 

 

Je suis celui qui a travaillé ‘BOUGE LA TATE’ et la réédition de ‘ PASSE MOI LE MICORO’ de LEBERGER. Ensuite nous avons le célèbre 9fort de SOJIP ainsi que sa chanson Came à la maison à venir en featuring avec FUL Mon nom de Beatmaker c’est Mr Dj All.

J’ai moi-même sorti la chanson ‘BATO BAYE’ très originale mais j’ai plus fais des collaborations. En ce qui concerne SADATT je suis satisfait de ce que ça m’a apporté. Aujourd’hui je continue à avancer avec ce que ça m’a donné.

Tu sais j’ai mon propre studio donc avant même d’arriver sur Douala j’avais déjà tellement de projets déjà bouclés. Donc pour l’avenir je ne peux que te dire de prévenir le monde que ça va être chaud, je suis enfin prêt. Désolé pour ceux qui ont commencé à s’essouffler.

 

Cover album Sadatt d'Al-K Dallarco

 

Ton mot de fin ?

 

Rien de spécial à dire à part merci à DIEU et à mes ancêtres, et que les meilleurs soient récompensés. Que DIEU nous bénisse my people. Mon album Sadatt disponible ici , suivez moi sur les comptes Facebook

 

 

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *