dikosso

Qui n’a pas dans sur les chansons de cette diva du Makossa, pour les « nés hier » comme on dit chez nous, vous avez raté. Le Festival Makossa approchant à grande vitesse, c’est avec plaisir que nous sommes allés la rencontrer pour en savoir plus car elle est également la promotrice de l’évènement. C’est avec plaisir qu’elle a répondu à nos questions. Bonne lecture.

Comment t’es parvenue l’idée d’organiser le Festival Makossa?

Pendant mon passage à bamenda où j’ai passé 4 ans de ma vie , il m’arrivait d’écouter les anciens makossa. Je pensais à ma mère partie, car j’aurai aimé  qu’elle soit la pour qu’ensemble nous écoutions ces classiques. En les écoutant j’ai pensé que ces personnes et musiques méritent d’être célébrées. J’étais très motivée à l’idée d’organiser le Festival de Makossa (Festmak). Heureusement pour moi, mon mari a été affecté à douala donc l’occasion était plus que bonne pour moi de me lancer.

Comment expliques-tu que depuis l’époque glorieuse du Makossa, personne n’ait jamais songé à organiser un Festival?

Je pense que le Festival à été pensé par plusieurs personnes mais au vu des obstacles qui se dressent dans le milieu de l’organisation, beaucoup ont gardé leur projet mais moi j’ai pris mon courage à deux mains et me suis jetée à l’eau. Beaucoup d’entre eux m’ont encouragé et  d’ailleurs il y en a qui me soutiennent tant bien que mal. Parmi eux l’association DIPITA avec l’artiste EBENY NGAMBI basée en Europe s’est rapprochée de moi parce-qu’ayant une idée similaire. Nous nous sommes  accordés pour travailler ensemble pour les prochaines éditions.

Quel bilan fais-tu de la première édition l’an dernier, ça a semblé un peu mort au niveau de la com

Dire ça semblait mort est une peu exagéré mais je pense que pour une première édition , rassembler tous ces grands noms du Makossa tels que TOTO GUILLAUME, NKOTTI FRANCOIS , GRACE DECCA etc… est déjà un succès malgré la présence moins massive du public. Mais ceux qui ont répondu présent sont répartis satisfaits et attendent impatiemment cette deuxième édition. Ce qui nous a surtout manqué c’est les moyens financiers , mais cela ne nous a pas pour autant poussé à baisser les bras. D’ailleurs pour cette 2 ème édition nous avons déjà reçu quelques soutiens que nous vous dévoilerons bientôt

Que réponds-tu à tous ceux qui disent de part et d’autres que le Makossa est mort

Personnellement je n’aime pas trop parler de la mort du Makossa , je préfère encore le mot somnolance parce-que les gens exagèrent toujours un peu. Si on regarde bien ces 10 dernières années, il ya eu des sorties d’albums Makossa qui ont d’ailleurs été des grands succès. Je peux citer Sergeo Polo, Mathématik de Petit Pays, Big Ben j Mateke ils sont nombreux! D’ailleurs on a actuellement de jeune comme MARTINO NGALLE , Dany Mouna qui font de très belles choses sauf qu’ils manquent de suivi. Je crois que le Makossa à surtout un problème de promotion. Il doit s’arrimer aux nouvelles technologies.

je pense que le monde musical est un univers qui donne plusieurs libertés. Même à l’époque les chanteurs de cette musique mélangeaient le Makossa  avec du zouk et d’autres rythmes. Il ya toujours eu des influences. D’ailleurs plusieurs artistes sont éclectiques et c’est très normal dans la musique.

Festmak

Quelles sont les innovations de cette année?

 je puis vous dire tout de suite qu’il y aura une bonne dose d’innovations cette année. Par exemple les artistes en herb auront le temps de s’exprimer et aussi ce ceux de la musique urbaine chanterons le Makossa. Cette année nous allons célébrer le Makossa un peu différemment. L’une des articulations les plus importante c’est les hommages qui seront rendus à certaines icônes du MAKOSSA. pour cette édition nous rendons hommage à EBOA LOTIN, CHARLOTTE MBANGO et GUY LOBE.

Tu as un peu disparu du circuit. Musicalement parlant quelle est ton actualité?

Oui, en ce moment je viens de mettre en ligne ma nouvelle vidéo que certains ont déjà découvert , kwe MBA dia (tiens ma main), composée et arrangée par mon petit frère Martino NGALLE. Elle sera bientôt diffusée sur les chaînes de télés et radios

Comment t’adaptes-tu aux réseaux sociaux et que penses-tu du buzz de Longue Longue?

Je suis surtout conservatrice, mais grâce à mes enfants j’arrive déjà à m’ouvrir à cela. Je pense que Longue  Longue fait le buzz en ce moment mais je n’aime pas juger les gens. Quand je l’écoute je ris et sans plus.

Ton mot de la fin

j’aimerai inviter tous les Camerounais à se joindre à nous pour qu’ensemble nous puissions rehausser l’image du MAKOSSA, cette musique qui a écrits les lettres de noblesse de notre patrimoine culturel. Rendez vous du 02 au 04 Novembre 2017 à Canal Olympia à bessengue pour vivre la 2eme édition du Festival de MAKOSSA. merci à tous.  CLAUDIA DIKOSSO

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *